Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Il saute du lit de bon matin [...]. Il lève l'image des blés mobiles, des luzernes appétissantes et des prairies ourlées de ruisseaux. Il saisit au passage le vol d'une alouette ou d'un chardonneret. Puis il rentre au bois. [...] Dehors, il fixe un moment, au point que son œil éclate, le soleil qui se couche et dévêt sur l'horizon ses lumineux habits, ses nuages répandus pêle-mêle. Enfin, rentré chez lui, la tête pleine, il éteint sa lampe et longuement, avant de s'endormir, il se plaît à compter ses images. Dociles, elles renaissent au gré du souvenir." Le chasseur d'images, Histoires Naturelles de Jules Renard

17 Jan

L'hiver, 2ème jour

Publié par DCD

L'hiver, 2ème jour

En arrivant à mon studio photo nature, je commence toujours par l'inspection de la mangeoire : Jamais une seule graine ne reste. Je procède au réapprovisionnement.

Je m'installe ensuite dans mon affût, en dépliant mon siège, en plaçant l'appareil sur son trépied puis en le camouflant avec un filet.

Pendant que je m'affaire, la première mésange charbonnière est déjà à table. Elle ne traîne pas ce matin, il faut très vite récupérer l'énergie perdue dans le froid de la nuit.

La femelle ouvre le bal avec sa fine barre noire ventrale.

L'hiver, 2ème jour

Le male rentre en piste avec sa large bande noire.

Ce matin, les mésanges nonnettes se joignent à la troupe charbonnière.

L'hiver, 2ème jour
L'hiver, 2ème jour
L'hiver, 2ème jour
L'hiver, 2ème jour

Seules les mésanges bleues sont absentes au festin. Une d'elles vient pourtant visiter mon affût. Puis c'est au tour du minuscule roitelet huppé de baguenauder dans les parterres de ronces à mes pieds.

Le grimpereau des bois parcourt inlassablement les mêmes troncs du bas vers le haut.

Ainsi que le pic épeiche qui tambourine contre les branches mortes.

Dans les cimes un gros-bec gobe un à un les bourgeons endormis.

A la mangeoire, entre deux passages d'oiseaux, un rongeur sort la tête pour s'alimenter de quelques graines. Il doit habiter au fond de la souche. Le repas est servi à domicile pour monsieur.

En fin de matinée, l'épervier passe en rase-motte juste devant l'affût, remonte se poser sur une branche nue, jette un regard au sol et replonge pour disparaître dans le bosquet voisin. L'épervier est très pressé. De trouver pitance ?

Il finira bien par se poser sur la grosse branche spéciale rapace que je viens d'installer : Un perchoir horizontal d'envergure pour qui veut profiter du paysage de la clairière.

L'hiver, 2ème jour
Commenter cet article
L
Ecoute Damien ce matin à mon réveil je suis sur ton site et vraiment je me sens en pleine forêt.Bravo pour ta poésie, ta patience,ton calme pour obtenir de telles photos si belles et précises.Que ta passion continue de te faire oublier le quotidien un peut lourd.tes enfants sont supers, ils cherchent leur voix ....bisous chaleureux marianne
Répondre

Archives

À propos

"Il saute du lit de bon matin [...]. Il lève l'image des blés mobiles, des luzernes appétissantes et des prairies ourlées de ruisseaux. Il saisit au passage le vol d'une alouette ou d'un chardonneret. Puis il rentre au bois. [...] Dehors, il fixe un moment, au point que son œil éclate, le soleil qui se couche et dévêt sur l'horizon ses lumineux habits, ses nuages répandus pêle-mêle. Enfin, rentré chez lui, la tête pleine, il éteint sa lampe et longuement, avant de s'endormir, il se plaît à compter ses images. Dociles, elles renaissent au gré du souvenir." Le chasseur d'images, Histoires Naturelles de Jules Renard